C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Joseph Giguère survenu le 23 juin 2020. L’Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA) offre ses sincères condoléances à son épouse Marie-Claire Nadeau et à ses enfants François et Judith, à sa famille et à ses amis.  Depuis plusieurs années, Joseph s’est impliqué avec détermination et engagement au sein de l’AQPA, participant à la vie associative et à des ateliers dans lesquels son esprit rassembleur et sa solidarité contribuaient de façon marquée à l’évolution des groupes. De son côté, Marie-Claire a présidé le conseil d’administration (CA) de l’AQPA de 2015 à 2020, en y apportant sa collégialité, sa créativité, son énergie et sa vision. Tout récemment elle a activement présidé le comité de planification stratégique qui a décidé des orientations de l’organisme pour les trois prochaines années. Une contribution remarquable au développement de l’AQPA. Merci Joseph, merci Marie-Claire de votre implication inspirante, côte à côte.

Les administrateurs du CA, les membres de l’AQPA, le personnel, les bénévoles, les intervenantes de l’AQPA et des partenaires nous offrant des services, continueront la mission nouvellement adoptée: Créer une communauté d’appartenance où les personnes aphasiques reçoivent des services qui favorisent leur intégration dans la société et où leurs proches sont épaulés dans leur rôle de soutien.

Joseph Giguère 1940-2020

Le 23 juin à la tombée du jour est décédé Joseph Giguère, entouré de sa femme Marie-Claire, ses enfants François et Judith, sa belle-fille Sophie et ses deux petits-enfants Marin et Carmine, dans sa maison multigénérationnelle de l’avenue Lebrun à Montréal

Natif de Saint-Sylvestre de Lotbinière, fils de Roméo Giguère et Anna Champagne, Joseph troque le travail des bois et des champs pour des études en théologie à l’université St-Paul à Ottawa. Sensible à la justice sociale, il décide de vivre activement l’humanisme chrétien dans la vie ouvrière. Il devient ainsi militant à la JOC, par la suite président du Syndicat des travailleurs de la Québec Poultry à Limoilou et puis président du Conseil Central de Québec-Chaudières-Appalaches de la CSN.

En 1982, il s’engage avec Marie-Claire et leurs enfants comme coopérant au Pérou pour le SUCO. Engagement qui le mène entre autres à publier une analyse de l’organisation et des luttes syndicales péruviennes. « De la Soledad a la Solidaridad », et à construire des liens de solidarité durables entre le Québec et le Pérou.

À son retour, il précise son engagement et partage son expérience à travers le développement de coopératives de travail, comme conseiller à MCE Conseils, avec les ambulanciers de la CETAM, à la Société coopérative des travailleurs du Caoutchouc (Scopcat) et comme président du Regroupement des coopérateurs et coopératrices du travail (RQCCT) durant plus de dix ans. Il est aussi membre fondateur de la Coopérative funéraire du Grand Montréal.

Chrétien engagé, Joseph a dirigé pendant dix ans le Centre St-Pierre qu’il appelait “Le Palais des Congrès du Communautaire”. Il a aussi été appelé à agir comme co-président du Synode diocésain de Montréal et a collaboré longuement au comité de rédaction de la Revue Relations.

Fervent défenseur de la démocratie et de la justice sociale, il a été co-fondateur du Sac à dos, service d’aide aux itinérants de Montréal. Il a siégé au conseil d’administration de Fondaction durant plus de dix ans. Il a aussi été membre du comité directeur des États généraux sur la réforme des institutions démocratiques en 2002.

Joseph était un humaniste actif. Il a travaillé toute sa vie avec passion et sans relâche. Il s’est donné sans compter à son travail, à ses nombreux engagements bénévoles, à sa famille et à ses amis.

Durement frappé par un AVC en 2010, Joseph a trimé sans repos, pour sortir des prises de l’aphasie. Avec Marie-Claire, son engagement au sein de l’Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA) aura contribué à faire avancer la cause des personnes devenues aphasiques.

Il laisse dans le deuil, outre sa femme, ses enfants, sa belle-fille et ses petits-enfants, ses sœurs : Juliette (Paul Nap Mercier) Liliane (Gervais Lambert), Gabrielle (Raymond Bélanger), ses belles sœurs Rollande Mercier (feu Yvon) et Raymonde Martineau (feu Jean-Paul) – il rejoint aussi ses deux autres frères, Benoit et Réal (feu Simone). Sont également en deuil de nombreux neveux et nièces, ses filleuls Éric Nadreau et Chey Huamani ainsi que sa belle-famille Nadeau, en plus de sa famille militante et sa famille péruvienne.

Nous sommes nombreux à reconnaître que Joseph, par sa présence, ses paroles et ses écrits, sa passion, son énergie et sa dévotion envers les humains, notamment les sans voix, les sans armes, les mal nés, nous a rendus meilleurs.

Ceux qui aimeraient lui rendre hommage sont invités à se joindre à sa famille le 19 juillet prochain à l’église St-François d’Assisse, rue Georges Bizet à Montréal.  Nous vous accueillerons à compter de 13 :30 et une célébration se déroulera à 15 :00.  Afin de pouvoir mettre en place les mesures exigées par la santé publique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de l’emplacement, veuillez nous aviser, si possible,  de votre présence par courriel à memoirejosephgiguere@gmail.com

En hommage au dernier combat de Joseph, vous pouvez faire un don (reçu d’impôt) pour supporter le déploiement des services actuels à l’Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA) www.aphasie.ca  

« Germe la plus étonnante des fleurs vives …

En sa naissance reconduite

comme une rivière

qui reprend son lit défait,

au plus creux de nos veines »      

 Anne Hébert

« Nous avons fait quelques fois chanson de nos voix multiples.

J’étais donc votre disciple. Ma voix, c’était votre voix »     

 Gilles Vigneault